Archives de catégorie : Matériel

Test du zoom Sigma 20-35mm Gamma II

Sigma a réalisé plusieurs versions de ce zoom 21-35 mm. La première date de 1979, représentant alors le premier zoom grand angle au monde ! Je possède la seconde version (1985 ?). Elle se démarque par son mécanisme “one-touch” ou “push-pull” très rare sur un zoom grand angle. C’est la même bague qui permet à la fois la mise au point et le changement de focale.

Pour ce test, l’objectif est monté un sony A7 via une bague d’adaptation K&F .

Pour notre scène de test, direction la maison de Jean-Jacques Rousseau – “les Charmettes” – située sur les hauteurs de Chambéry.

J’ai fixé la mise au point en butée à l’infinie. Puis j’ai photographié la scène aux ouvertures 3.5, 5.6, 8, 11, 16 et 22 pour les focales 21, 24, 28 et 35 mm. J’ai ensuite crée un carrousel pour chaque focale en sélectionnant les 9 zones “critiques” de la scène . Un clic permet de faire défiler les images du  carrousel. On observe ainsi l’évolution des zones en fonction de l’ouverture.

Résultat à 21 mm

24 mm

28 mm

35 mm

En retournant l’appareil on peut voir que les ouvertures sont décalées pour la focale de 35 mm. Mais j’ai conservé pour ce test la première échelle , car c’est la seule repérée sur la bague des ouvertures.

Performance

Classiquement les bords progressent en fermant. Mais la diffraction touche fortement le centre de l’image à f16 et f22, et même dés f11 à partir de 28 mm. De 21 à 24 mm le meilleur résultat est obtenu à f11 avec seulement les 4 coins en retrait. Au delà de 24 mm f8 semble le bon compromis.

Au vu des résultats, on pourra utiliser l’ensemble de la plage focale sans arrière pensée. Je n’ai observer aucune lumière parasite, problème récurent lorsqu’on utilise un zoom via une bague d’adaptation. J’ai pu au contraire constater une assez bonne résistance au flare.

Utilisation

L’objectif est très agréable à utiliser. Son système “one-touch” permet une mise au point rapide que l’on contrôle facilement avec le focus-peaking du Sony. Inconvénient, lorsque l’objectif pointe vers le haut ou le bas, la focale “glisse”. C’est pénalisant lorsque l’appareil est sur trépied. Il faudra alors prévoir un adhésif pour bloquer la bague.

La qualité de fabrication est bonne. Le pare-soleil est en métal. Le caoutchouc de la bague map/changement de focale semble, malgré son âge, comme neuf.

Conclusion

Ce zoom ne rivalisera avec des focales fixes équivalentes en terme de performance. Les photos qu’il produit sont moins contrastées. Les extrémités de l’image sont moins définies. Mais il offre en revanche des possibilités de composition et cadrage bien supérieure. Sa focale 21 – 35 mm est adaptée à de nombreuses situations. Sa distance minimale de mise au point de 50 cm peut permettre d’isoler un premier plan.

Au final le sigma 21-35 Gamma II se démarque surtout par son ergonomie. Son système “one-touch” est unique sur un zoom grande angle. L’association au Sony a7 est fonctionnelle mais également harmonieuse. C’est un objectif que l’on aura plaisir à utiliser dans ce contexte . On peut le trouver assez facilement en occasion (selon la monture recherchée) et espérer l’acquérir pour moins de 100 euros avec son pare-soleil.

Voici quelques photos prises avec le zoom aux Charmettes. J’ai réglé la balance des blanc sur “lumière du jour”, le mode automatique donnant des images un peu trop froide à mon goût.

35 mm f4.2
35 mm f4.2

Présentation de l’appareil photo ADOX Golf

L’ADOX Golf est un appareil photo argentique de type folding. Il a été fabriqué dans les années 50 en Allemagne. Il est aujourd’hui bon marché d’occasion. Mon exemplaire en très bon état ma couté 15 euros. C’est un bon compagnon pour s’initier au format carré (6×6).

Adox GolfAdox GolfAdox GolfAdox GolfAdox GolfAdox GolfAdox GolfAdox GolfAdox GolfAdox Golf
Ce que j’aime sur l’Adox Golf :
  • La fabrication et l’étui en cuir.
  • La qualité optique, tout a fait correcte.
  • L’obturateur discret.
  • La possibilité d’utiliser un déclencheur souple.
  • le système de chargement des pellicules.
Ce que j’aime moins :
  • La visée , un trou de souris !
  • La fenêtre inactinique pour l’avancement de la pellicule, très sombre.

Quelques photos réalisées avec l’appareil :

Chambéry sous une lumière matinale

Chambéry, fontaine des éléphants
Chambéry, theatre Charles Dullin
Ilford Delta 100 1/100s f11
Ilford Delta 100 1/100s f11

Test objectif : Marexar 35mm

J’ai acheté cet objectif en monture m42 sur le Bon Coin. Il accompagnait un boitier Yashica TL Electro. Le lot comprenait également un 85mm de la même marque. Le tout m’a couté 40 euros. Marexar était une marque d’objectif low cost. La fabrication est cependant de bonne qualité.

La scène utilisée pour le test.

J’ai réalisé ce test sur un sony A7 avec une bague d’adaptation K&F m42. Les réglages sur l’appareil sont neutres. La scène est peu contrastée ( ciel nuageux ) . Pour pouvoir comparer les photos, 9 zones ont été définies. Les flèches permettent de faire défiler les photos aux différentes ouvertures.

On note un assombrissement important des bords jusqu’à f5.6. Il faut attendre f8 pour avoir des coins corrects . L’ouverture la plus détaillée sur l’ensemble de l’image est f11. La diffraction n’altère pas le centre à cette ouverture. f16 et f22 reste utilisable.

J’ai voulu également tester la qualité du flou d’arrière plan . Avec une distance minimale de mise au point de 80 cm les possibilités sont limitées.

1/250 iso 100 f2.8
1/125 iso 100 f2.8

L’objectif produit rapidement du flare à contre-jour. Le manque de soleil ne m’a pas permis d’approfondir ces tests.

1/125 iso 100 f11

En conclusion ce Marexar 35mm f2.8 peut être intéressant en photos de paysage . A f11 il donnera de bon résultat, même si on risque de rencontrer des problèmes de flare. Pour d’autres usages le photographe sera pénalisé par la distance minimale de mise au point. Pour un 35mm il n’est pas très polyvalent.